Polkadot développeur blockchain Fondation Web3 a annoncé qu’elle soutenait une nouvelle initiative visant à moderniser la création, la distribution et la monétisation des contenus d’information numériques.

Dans le cadre de ce projet pilote, la Fondation Web3 s’associe à l’Institut de l’information et de la communication (IICC). Association mondiale des éditeurs de presse (WAM-IFRA) afin d’identifier jusqu’à trois organisations de médias qui sont prêtes à participer. Ensemble, ils exploreront de nouvelles façons d’utiliser les technologies décentralisées pour générer des flux de revenus supplémentaires pour les producteurs d’informations.

Le projet serait mené en collaboration avec David Tomchak, chargé de mission à l’Institut de recherche sur les politiques de l’information et de la communication. Oxford Internet Institute. Bien que les détails sur les initiatives exactes poursuivies soient quelque peu légers, la Fondation Web3 a déclaré qu’elle avait l’intention de mener le projet entre octobre et décembre. Le projet pilote espère impliquer les créateurs d’actualités locales et internationales dans la recherche de l’application pratique des technologies décentralisées dans la publication des médias.

La Fondation Web3 ajoute que l’objectif principal du projet est de fournir un apprentissage, ainsi qu’un espace pour partager les connaissances entre les développeurs Web3 et les médias. À la fin du projet, les collaborateurs publieront un plan public, comprenant une feuille de route pour la construction technique des solutions créées.

La directrice de la communication et des partenariats de la Fondation Web3, Ursula O’Kuinghttons, a déclaré qu’elle pensait que Web3, qui fait référence à l’idée d’un Internet décentralisé, pouvait jouer un rôle clé dans la modernisation des informations numériques. « La prolifération des canaux centralisés de médias sociaux a rendu difficile l’identification de sources d’information fiables, et ce projet peut jouer un rôle de premier plan pour répondre à ces préoccupations », a-t-elle ajouté.

Bertrand Perez, le PDG de la Fondation Web3, a déclaré que son organisation a fait ses preuves lorsqu’il s’agit de soutenir des projets qui partagent sa vision d’un Internet plus juste, plus démocratique et qui offre aux utilisateurs un plus grand contrôle sur leurs données. « En tant que projet phare de la Fondation Web3, Polkadot débloque de nouveaux modèles économiques et instaure la confiance entre les différents participants dans le monde en évolution rapide du Web3 », a-t-il déclaré.

Quelle que soit la solution créée par le projet, elle impliquera Polkadot, qui est un réseau blockchain unique basé sur une chaîne de relais centrale et de multiples parachains – des blockchains interconnectées mais indépendantes qui interagissent les unes avec les autres pour créer un vaste écosystème d’applications décentralisées.

« Nous sommes ravis que la Fondation Web3 ait accepté de s’associer à ce projet », a déclaré le chef de projet Tomchak. « Obtenir le soutien de la Fondation Web3 est crucial pour nous permettre d’achever les recherches de manière à offrir une solution solide et pratique à l’industrie des médias pour utiliser cette technologie. »

Mme O’Kuinghttons en dira probablement plus sur le projet lorsqu’elle s’adressera au Congrès mondial des médias d’information qui doit se tenir à Saragosse, en Espagne, fin septembre.

Pour encourager les organisations de médias à participer, la WAN-IFRA a mis de côté des fonds sous la forme d’une bourse qui sera offerte à chaque collaborateur. Ces bourses, d’un montant compris entre 1 500 et 4 000 euros, sont destinées à dédommager les organes de presse pour le temps qu’ils consacreront au projet. Il est probable que les organismes devront consacrer au moins une demi-journée par semaine, pendant une période de 10 semaines, au projet.

La Fondation Web3 a déclaré qu’entre deux et trois organismes de presse seraient choisis pour participer. Les parties intéressées peuvent poser leur candidature en envoyant un e-mail à [email protected] avant le 4 septembre.

« C’est un partenariat qui n’aurait pas été possible si nous n’avions pas déjà travaillé avec Stephen Fozard et la formidable équipe de la WAN-IFRA », a ajouté M. Tomchak. « Je pense que les nouvelles bourses également annoncées aujourd’hui constituent une excellente opportunité pour les membres de l’association. »