Les grandes entreprises, dont le géant bancaire JPMorgan Chase, ont réduit le montant de l’assurance cybersécurité qu’elles souscrivent auprès des principaux assureurs, selon des personnes ayant une connaissance directe de la situation. Ces mesures ont été prises après que des rançongiciels et d’autres piratages numériques ont pris de court les assureurs, entraînant des paiements aux clients d’un montant presque égal aux primes perçues par les sociétés. L’année dernière, les assureurs ont considérablement augmenté les primes et réduit les pertes potentielles qu’ils couvrent.

En conséquence, certains clients se rebiffent. Selon des responsables de la sécurité et de l’assurance, de grandes entreprises de logiciels et des détaillants ont renoncé ou envisagent de renoncer à la cyberassurance. Ce revirement de la part des compagnies d’assurance traditionnelles est un renversement de tendance par rapport à ces dernières années, lorsque les entreprises souscrivaient une assurance pour se protéger contre les attaquants qui prennent de plus en plus souvent le contrôle des systèmes informatiques des entreprises et exigent des rançons en échange de la restitution du contrôle.